D’ingénieur à écrivain: le témoignage de Guillaume

Témoignage reconversion professionnelleIl y a quelques temps que je n’avais pas publié de témoignages de réorientation professionnelle. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer Guillaume, un fidèle lecteur du blog qui est passé d’ingénieur papetier à écrivain, en passant par docteur et acteur :-) Je vous laisse découvrir ce parcours extra-ordinaire à tous les sens du terme !

 

Reconversion professionnelle: d'ingénieur à écrivain

Charly : Guillaume, tu viens de gagner un concours littéraire pour être publié par « le livre de poche ». Il y a quelques années, tu étais un scientifique spécialiste de l’ingénierie papetière, est-ce que tu peux nous raconter brièvement ton parcours ?

Guillaume : Je suis diplômé d’une école d’ingénieur en papeterie. J’ai travaillé durant 5 ans dans la recherche scientifique sur le blanchiment de la pâte à papier par l’ozone puis sur les biocarburants. Je dois dire que ces 5 ans n’ont pas été en continu, j’ai eu plusieurs périodes de chômage assez longues après l’école et après mon doctorat. C’était difficile pour moi de trouver du travail car je suis de nature timide et beaucoup de portes se sont fermées à cause de ça, malgré mes compétences et mes bons résultats. Lors des entretiens ça ne suffisait pas, et j’ai eu beau m’améliorer grâce à des stages sur la recherche d’emploi, je ne passais pas encore assez bien auprès des recruteurs. Alors je me suis dit qu’il fallait que je fasse autre chose, et j’avais en tête depuis quelques temps de faire du théâtre. Je suis allé à Paris et je me suis inscrit dans une école de théâtre. Ma formation a duré 2 ans. En juin dernier, j’ai commencé à envoyer ma candidature pour des castings, mais ça ne marchait pas très bien. Du coup, j’ai eu du temps pour écrire, et je m’y suis mis à fond. J’ai entendu parler du concours du « Livre de Poche » avec le site WeLoveWords, j’y ai participé et j’ai été sélectionné parmi plus de 230 candidatures.

 Le Livre de Poche

Charly : Tu as connu plusieurs périodes longues de chômage. Qu’as-tu ressenti à ce moment-là ?

Guillaume : Ce fut difficile, car j’avais en plus quelques problèmes personnels. Mais ce qui est sûr, c’est que je me suis dit que je ne voulais plus continuer dans la voie scientifique. J’ai voulu essayer le théâtre car j’y pensais déjà depuis quelques temps. J’ai du mal à me remémorer le processus exact. J’ai fait un stage de théâtre durant cette période qui a été une sorte de déclic, j’y ai rencontré des personnes qui se posaient les mêmes questions que moi, et ça m’a motivé pour me lancer.

 

Charly : Pourquoi le théâtre? Comment as-tu su que c’était la voie que tu devais suivre ?

Guillaume : J’ai découvert le théâtre durant mes études d’ingénieurs, et j’ai continué après. J’ai été acteur, metteur en scène et auteur de pièces. Durant mon post-doc, j’ai intégré un atelier animé par Jean-Luc Moisson de la compagnie La fabrique des petites utopies, qui est quelqu’un d’exceptionnel. Avec lui, on faisait du théâtre autrement. Chaque séance était une véritable expérience artistique. Cela a fortement contribué à mon choix, même si au final il n’y a pas eu qu’un seul élément déclencheur comme je l’expliquais précédemment.

 Se reconvertir dans le théatre

 

Charly : tu as ensuite décidé de t’installer à Paris pour suivre une école de théâtre. Comment t’es-tu financé sur cette période ?

Guillaume : J’avais des économies. Cependant cela ne suffisait pas, et dès que je suis arrivé à Paris, j’ai cherché un travail à temps partiel qui puisse coller avec les horaires de l’école de théâtre. Je l’ai trouvé assez rapidement à ma grande surprise. Au niveau de l’organisation, j’avais mes cours le matin, un peu de temps libre pour les répétitions et les tâches de la vie quotidienne l’après-midi, et le boulot en soirée. Mes journées étaient bien remplies ! D’ailleurs, je m’en sors toujours plus ou moins comme ça pour l’instant, sauf que l’écriture a remplacé le théâtre.

 

Charly : Tu avais un peu plus de 30ans quand tu as repris ces études de théâtre. Comment ça s’est passé ?

Guillaume : Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’études, ce n’étaient pas des cours magistraux comme à l’université ! L’activité théâtrale fait que l’on s’engage au niveau du corps, avec les autres, et forcément on s’intègre plus vite. Toutefois, mes petits camarades étaient des jeunes gens de 18 à 20 ans pour la plupart, cela implique qu’on n’a pas forcément la même vision des choses à cause de l’expérience. Je me sentais parfois un peu isolé, mais ils étaient très sympas, comme les profs d’ailleurs, et j’étais très motivé.

 

Charly : Lorsque tu as décidé de quitter l’ingénierie pour aller vers le théâtre, as-tu fait ce cheminement seul ou bien est-ce que tu t’es fait accompagner ? Qu’est-ce que ça t’a apporté ?

Guillaume : J’ai eu la chance d’avoir une amie qui m’a parlé de coaching et qui pratiquait. On s’est mis d’accord pour qu’elle me coache. Mais j’avoue que je n’aurais jamais fait la démarche tout seul. Elle m’a amené à mieux réfléchir sur moi-même, à prendre conscience de mes compétences, de mon expérience, de mes valeurs et de ma valeur. Tout ce travail a contribué à ce que je prenne ma décision. Mais au-delà de ça, ce fut un vrai support psychologique, sans jugement.

Tu parlais tout à l’heure des éléments qui m’ont fait aller vers le théâtre. Il se trouve que cette amie et coach faisait également partie des acteurs de la première pièce que j’ai écrite et mise en scène, bien avant ma dernière période de chômage. Te parler d’elle me rappelle ce moment important : quand les acteurs ont joué ma pièce, interprété mon texte, et qu’ils se le sont appropriés. Ce fut très fort ! Beaucoup d’émotions positives ! Je me rappelle notamment du cadeau que la troupe m’a offert après nos représentations, de leurs témoignages. Cela a contribué à ma décision.

Reconversion professionnelle

Charly : on voit déjà un premier lien avec l’écriture ! Et donc, quelle a été la suite ? Comment es-tu passé du théâtre à l’écriture ? Une révélation ?

Guillaume : On ne peut pas vraiment parler de révélation, car j’écrivais déjà depuis le collège. Quelques nouvelles, un roman qui n’a pas été publié, puis des pièces de théâtre. C’était une envie que j’avais en moi mais que j’avais mis de côté. Après l’école de théâtre, je m’y suis replongé à fond car j’avais du temps : je me suis dit que j’allais m’y mettre sérieusement, en écrivant au moins 1h30/jour sur un roman que j’avais laissé en stand-by. J’ai aussi beaucoup lu d’ouvrages sur le scénario, la dramaturgie, l’écriture, la façon de raconter des histoires… Et j’ai eu un déclic totalement inconscient. Quelque chose qui s’est libéré, comme un souffle, une respiration !

J’étais content de mon travail. Puis, par hasard, j’ai entendu parler du concours du Livre de Poche via mon boulot à temps partiel où je fais de la surveillance audiovisuelle. J’ai décidé de tenter ma chance et ça a marché !

 

Charly : La chance d’avoir une amie-coach, la chance de participer au concours « Livre de Poche »… Je dis souvent que la vie est riche en opportunités mais qu’il faut apprendre à la voir et les saisir, qu’en penses-tu ?

Guillaume : Je suis d’accord avec toi, mais il faut savoir ce que l’on veut et se préparer. Sinon, on peut ne pas voir les opportunités, ni savoir comment s’y prendre pour les saisir. Il y a effectivement une part de chance au départ, par exemple, j’ai entendu parler du concours « Livre de Poche ». Comme je savais ce que je voulais, j’ai repéré l’opportunité, et comme il y avait eu une phase de préparation, j’ai pu produire un texte intéressant, même si il ne restait plus qu’un mois avant la fin du concours. Et ce texte a été choisi !

 

Charly : Peux-tu nous parler un peu de ton prochain roman ?

Guillaume : « Trois fils tendus au-dessus du vide » est un thriller un peu particulier qui sortira à l’été 2013 à l’occasion du lancement de la collection numérique du Livre de Poche. C’est l’histoire d’un ado qui veut disparaître et qui a préparé un plan minutieux pour fausser compagnie à ses parents lors des vacances d’été. Sauf que rien ne se passe comme prévu : c’est son père qui disparaît, et on  retrouve son téléphone portable tâché de sang.

[Mise à jour du 12 août 2013, par Charly :

Le livre de Guillaume est maintenant disponible en version intégrale, sous le nom A666 !

En quelques semaines, Guillaume a réussi à se hisser dans les 20 premières ventes d’e-book dans la catégorie « Thriller », Félicitations à lui ! ]

 

Reconversion Professionnelle : d'ingénieur à écrivain

 

Charly : Génial ! Comment envisages-tu la suite ?

Guillaume : J’espère déjà écrire un bon roman au final. Ce n’est pas si simple, et rien n’est jamais gagné d’avance, mais je pense que les bases sont bonnes. A plus long terme, mon rêve est de publier de nombreux autres romans (j’ai beaucoup d’idées !), de surprendre les lecteurs avec des histoires originales, et de continuer à me surprendre moi-même en les écrivant. En ce moment, je multiplie les participations aux concours d’écriture pour me faire connaître. J’espère un jour vivre de ce que j’écris.

 

Charly : Comment te sens-tu dans ta nouvelle peau d’écrivain ?

Guillaume : Je suis très heureux de ce qui m’arrive. C’est marrant car au début, j’aimais raconter des histoires tout en cherchant à atteindre un résultat, mais c’était assez laborieux. Aujourd’hui, je prends un vrai plaisir à écrire. Plus j’écris, plus j’ai d’idées, et plus je trouve des trucs qui me font marrer ! C’est donc extrêmement positif ! Je sais que c’est vraiment ça que je veux faire !

 

Charly : j’adore cet enthousiasme, et je suis sûr que cette complicité avec toi-même se ressent dans ton roman. J’ai hâte de le lire ! Nous arrivons au terme de cette interview, qu’as-tu envie de dire à tous ces gens qui se sentent mal à l’aise dans leur job ?

Guillaume : Je pense qu’il faut essayer de bien comprendre pourquoi on est mal à l’aise et d’agir en conséquence. Sincèrement, savoir ce que l’on veut, c’est le plus important. Et il ne faut pas hésiter à se faire aider dans sa démarche. Une fois qu’on sait ce que l’on veut profondément, je ne vois pas ce qui peut nous arrêter !

 

Pour aller plus loin dans l’interview de Guillaume :

 

 

  • Interview Guillaume pour le Livre de Poche

 

 

 

Et pour aller encore plus loin, n’hésitez pas à lui poser des questions via les commentaires, il répondra avec plaisir !

Reconversion professionnelle: le témoignage de LionelSi vous appréciez les articles de ce blog, je vous invite à participer à leur diffusion en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés !

Incoming search terms:

  • reconversion ecrivain
  • ingenieur ecrivain
  • reconversion proffesionnel ingénieur
Pour marque-pages : permalien.

2 réactions à D’ingénieur à écrivain: le témoignage de Guillaume

  1. Annabelle a écrit:

    « Je suis très heureux de ce qui m’arrive », « C’est donc extrêmement positif ! »
    « Je sais que c’est vraiment ça que je veux faire ! »
    Alors…qui refuse encore de croire en ses rêves ?!
    Merci Guillaume pour ce fabuleux témoignage porteur de sens !

  2. ikram a écrit:

    Merci Guillaume pour tout ce que t’as partagé avec nous. franchement, tu m’inspire surtout qu’en ce moment je passe par une période difficile, je suis déjà en bac+8 j’ai un mauvais sentiment à l’intérieur de moi, comme si je ne suis pas sur la bonne voie, j’adore tout ce qui est développement personnel, neurosciences j’adore ces domaines je passe des heures à lire et écouter des vidéos mais j’arrive pas à me dépasser.. Je veux essayer de faire autres choses mais je me sens ’emprisonnée’..

Laisser un commentaire